CENT ANS DE SOLITUDE

Gabriel Garcia Marquez

CENT-ANS-DE-SOLITUDE

« Un après-midi, alors que tout le monde faisait la sieste, elle n’y tint pas plus et alla jusqu’à sa chambre. Elle le trouva en caleçon, éveillé, étendu dans son hamac qu’il avait suspendu aux grosses poutres avec des câbles dont on se sert pour amarrer les bateaux. Son extraordinaire nudité, Lire la suite

Publicités