LOLITA

Vladimir Nabokov

LOLITA
« Dans la joyeuse cité de Lepingville, je lui achetai quatre journaux illustrés, une boîte de bonbons, une boîte de tampons périodiques, deux coca-colas, une trousse de manucure, une pendulette de voyage avec un cadran lumineux, une bague ornée d’une topaze véritable, une raquette de tennis, des patins à roulettes avec des bottines blanches, des jumelles, un poste de radio portatif, du chewing-gum, un imperméable transparent, des lunettes de soleil, d’autres vêtements – maillots, shots, toutes sortes de robes d’été. À l’hôtel, nous prîmes des chambres séparées mais, au milieu de la nuit, elle entra chez moi en sanglotant et nous nous réconciliâmes très gentiment. Voyez-vous, elle était absolument seule au monde… »

Extrait sélectionné par Dan Nisand

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s